Capture d’e?cran 2016-05-08 a? 19.19.34

Enseignant :

Christophe MINUTOLO

Ceinture noire 3e DAN

Palmarès

2014 : 1/4 de finaliste équipe - Championnat de France Honneur

2013 : 2ième équipe Honneur- Championnat d'Ile de France

2012 : 2ième équipe Honneur- Championnat d'Ile de France

2010 : Fighting spirit Equipes - Championnat d'ile de France

2009 : 3ème Seniors Hommes Kyusha Championnat d'ile de France

Vous pouvez venir voir, essayer et vous inscrire tout au long de l'année. Venez au moins 10 minutes en avance, le cours commence à l'heure. Pour les inscriptions, les nouveaux membres peuvent télécharger le dossier d'inscription ici :

dossier complet YUKIYAMA-2016-2017.pdf

Le YUKIYAMA Kendo, vous souhaite la bienvenue , vous êtes sur le point de vous embarquer sur le long chemin de l'art du sabre ,le Kendo n'est pas un art martial facile à apprendre, encore moins à maîtriser. Le but finale, n'est pas la victoire , Plutôt la façon dont vous vous conduirez, votre respect pour les autres, votre compassion ,votre humilité ,de former l'esprit et le corps, de cultiver un caractère vigoureux, de s'efforcer de progresser dans l'art du kendo, , de toujours poursuivre la culture de soi...Vous devrez être patient, garder un esprit ouvert, et pratiquer diligemment au dojo . Nous pratiquons deux fois la semaine mais le Kendo depasse le cadre du simple entrainement au dojo ,c 'est un état quotidien, permanent ,cherchez activement l'instruction...

Equipement:

Commencer le kendo :

Pour débuter , un survetement ,un Bokuto ou un Bokken (sabre en bois) et un Shinai .

Bokuto ou Bokken (sabre en bois)

Shinai (sabre en bambou)

Après 3 mois environ : L 'équipement de base devient vite nécessaire ; un Kendogi et un Hakama

Après une période de pratique réguliére : Le professeur vous donnera la permission de porter le Bogu .Il vous sera preté par le club selon les disponibilités dans les premiers temps ,puis aprés quelques années de pratique vous investirez dans votre propre matériel.

Le Kendo est l’escrime au sabre Japonais.

Le Kendo ne demande pas de capacités physiques particulières, mais un bon état physique général. Les assauts sont réellement portés mais l’engagement physique est moindre que dans de nombreux autres arts martiaux ou sports de combat (Judo notamment). Les chutes sont rares et le Kendo qui ne connaît pas de catégories de poids peut-être pratiqué sans distinction de sexe ou d’âge (on rencontre fréquemment au Japon des pratiquants ayant allègrement dépassé les 70 voire les 80 ans). Pratiqué correctement le Kendo occasionne peu de traumatismes, quelques ampoules et des bleus tout au plus.

L’enseignement du Kendo passe par l’apprentissage d’exercices destinés à familiariser le pratiquant avec son Shinai, à développer les automatismes nécessaires, à acquérir la résistance physique et à développer la coordination générale. Des exercices au Sabre de bois (Boken) ou Kata complètent l’apprentissage.

Les séances de pratique courante comprennent généralement un échauffement, la répétition de techniques fondamentales, dans le vide ou sur partenaire, et le combat entre pratiquants (le Jigeiko) ou dirigé par un enseignant.

A haut niveau les combats se réduisent à des situations de menace réciproque qui évoluent vers des assauts fulgurants ponctués d’un cri (le Kiai).

En compétitions les combats durent de 3 à 5 min et se déroulent en 3 points. Ils sont arbitrés par trois juges. Les arbitres évaluent la qualité des assauts et sanctionnent uniquement les frappes valables c’est à dire celle pour lesquelles les combattants ont réalisé le Ki-ken-tai-ichi. Contrairement à l’escrime occidentale la touche de l’adversaire n’est pas suffisante.

Chez les enfants la pratique du Kendo développe des qualités physiques (résistance, endurance, musculation, respiration, équilibre, coordination, attention, esprit de décision) mais aussi des qualités sociales (respect des enseignants, des partenaires, politesse, posture, habillement etc.).

En effet dans l’enseignement du Kendo une attention particulière est portée à au respect de l’étiquette. On a coutume de dire au Japon que le Kendo commence et se termine par le salut. Le respect de l’étiquette et est à lui seul une des raisons qui pousse de nombreuses mères de famille Japonaises à envoyer leurs enfants dans les dojo. Cette étiquette a bien entendu un caractère traditionnel et éventuellement exotique, mais elle repose sur la nécessité de créer un lien de confiance entre les enseignants et les élèves, et entres les élèves entre eux. Le Kendo est l’occasion d’assauts parfois violents qui ne peuvent conduire à des progrès des élèves que si ceux ci font preuve de respect entre eux.

Le Kendo a aussi généré une riche philosophie, qui peut être abordée au cours de la formation. Il convient toutefois de noter que pour bien comprendre de nombreux concepts développés, une pratique physique assidue est utile, voire nécessaire.